Lily Collins parle de son livre « Unfiltered, No Shame, No Regrets, Just Me »

            Lili Collins peut encore apprécier tranquillement un thé à la menthe au bar d’un hôtel de West Hollywood. Cette foule de quarantenaires au déjeuner est plus préoccupé par ses affaires et ses salades. Mais si l’endroit était peuplé davantage d’accros aux réseaux sociaux, elle serait discrètement (ou pas) taguée et snappée sans fin. Pour ses 5,6 millions de followers sur Instagram, elle est encore une ingénue fraîche et glamour, alimentant un fil régulier de selfies mettant en valeur ses sourcils noirs reconnaissables.

En mars, les fans de Lili Collins auront un aperçu encore plus intime de sa vie quand elle publiera Unfiltered : No Shame, No Regrets, Just Me [Sans filtre : pas de honte, pas de regrets, juste moi], une collection d’essais personnels inspirés des histoires que sa communauté Instagram a partagés avec elle. Encouragée par leur bravoure, Lili Collins, 27 ans, dit qu’elle montre un côté d’elle complètement brut dans Unfiltred, d’où le titre. « Je peux me sentir un peu plus libre parce que je me sens moins retenue. »

Dans l’industrie du film, où elle avance à grand pas depuis ses débuts en tant que fille de Sandra Bullock dans The Blind Side il y a sept ans, Lili Collins progresse toujours. Elle a grandi sous les projecteurs, étant la fille de l’icône de la pop des années 80 Phil Collins, elle sait qu’elle est l’une des nombreuses starlettes en compétition pour le sommet. Elle s’en approche toujours plus près : son rôle de reine de cortège des années 50 dans Rules Don’t Apply de Warren Beatty lui a valu une nomination au Golden Globe. C’est Emma Stone (La La Land) qui repart avec le prix, mais Lili Collins a gagné la bataille sur Instagram : la vidéo d’elle sur le tapis rouge tournant dans une robe Zuhair Murad a atteint plus d’un million de vues en 24 heures.

Malgré son très récent succès sur les réseaux sociaux, ses apparitions rappellent des souvenirs. Dans son pull noir confortable, Lili Collins ressemble à Audrey Hepburn, dont la féminité garçonne et l’esprit vif « ont changé le point de vue de beaucoup de personnes sur ce qu’était être une femme à l’époque » dit-elle. Lili Collins n’est pas surprise d’être prise pour honorer le vieil Hollywood, y compris la série d’Amazon inspirée de la nouvelle de F. Scott Fitzgerald de 1941 The Last Tycoon.

« J’ai toujours été fascinée par les stars de films anciens et l’histoire de l’endroit où je vis, raconte Lili Collins en adoucissant son thé avec sa propre bouteille de stevia. J’aime vraiment le côté romantique et mystérieux de cette époque. »

Née en Angleterre, Lili Collins a surtout été élevée à Beverly Hills par sa mère, Jill Tavelman, vendeuse de meubles, après la séparation de ses parents quand elle avait 5 ans (ils ont officiellement divorcé quelques années plus tard). Avant de se lancer dans une carrière d’actrice au début de la vingtaine, elle a fait un peu de mannequinat et est toujours ambassadrice de Lancôme. Mais ça n’était pas son premier amour, ce qui la passionnait c’était d’écrire. Quand elle était adolescente elle écrivait pour plusieurs magazines, notamment le Los Angeles Times, Teen Vogue et Elle Girl UK qui n’existe plus aujourd’hui, où elle avait sa colonne mensuelle. Job qu’elle a obtenu en faisant un démarchage téléphonique.

Pour sa collection d’essais autobiographiques, Lili Collins revient à l’écriture une fois de plus pour ses vertus « incroyablement thérapeutiques ». Mais ne dites pas qu’Unfiltered sont ses mémoires, à son âge, elle le dit « ça n’est pas comme si je savais tout. » C’est plus un journal secret croisé avec le guide de vie du meilleur ami (comme le chapitre intitulé « Soit bête. C’est séduisant. Normal c’est chiant. ») La vision de Lili Collins est fraîche et inspirante même ou surtout quand elle documente ses challenges. (Lili Collins écrit que le mot « Non » peut parfois simplement signifier « Non, ça n’est pas pour toi pour l’instant. ») Elle détaille ce qui lui a fait prendre confiance, comme lorsqu’elle a appris à aimer ses gros sourcils après les avoir presque totalement épilés. Unfiltered plonge aussi dans des territoires plus sombres, racontant des histoires d’amour tourmentées et ses problèmes d’anorexie, qui ont commencé avec l’obsession pour la chasse aux calories et l’exercice et qui a fini par se transformer en boulimie.

Révéler ses problèmes n’était pas juste une thérapie pour elle mais potentiellement pour « toutes ces jeunes femmes fantastiques qui partageraient leurs histoires d’insécurités, de problèmes ou de peurs » sur son fil Instagram. « Parfois elles commencent par ‘Je sais que tu ne pourras probablement pas comprendre, t’y reconnaître ou personne à Hollywood ne ressent ça…’ Ça me choque parce que c’est très loin de la vérité. Je comprends pourquoi elles pensent comme ça, mais je lis ces histoires en me disant ‘Si seulement tu savais, je comprends totalement ce que tu traverses.’ » Lili Collins a annoncé la sortie de son livre sur Instagram en octobre, remerciant ses followers pour leurs histoires : « Si vous êtes assez courageuses pour partager les vôtres, je dois l’être pour partager la mienne. »

Elle a vendu l’idée du livre à Harper Teen en octobre 2015 puis a obtenu trois rôles, y compris celui d’une jeune fille anorexique dans la comédie dramatique autobiographique de Marti Noxon, To The Bone, qui a nécessité qu’elle perde et reprenne du poids. Le film de Noxon a permis à la star de replonger prudemment dans son passé, ce qui l’a aidé à écrire certains passages difficiles du livre. Les productrices et directrices, que des femmes, « ont insisté pour que je ne me mette jamais dans une situation dangereuse ou instable. C’était la manière idéale de me remettre dans la situation puis pouvoir écrire à ce propos. »

S’il y a un thème à la vie de Lili Collins, c’est transformer d’anciens problèmes en célébrations. Aujourd’hui elle semble se révéler dans les plaisirs de se montrer, spécialement en s’habillant. Elle décrit son style personnel comme « classique, changeant et audacieux » et tout ce qu’elle porte – de sa montre rose dorée à son manteau gris minimaliste – est subtilement magnifique. Lili Collins s’habille en pensant à sa grand-mère, une ballerine qui « n’avait pas besoin de grand-chose, mais elle savait ce qu’elle aimait et comment elle voulait se sentir. »

Le comptage de calories a été remplacé par une passion pour la pâtisserie, en particulier les muffins, tartes et gâteaux vegan ou sans gluten. Dans le chapitre « La nourriture comme carburant et non comme punition » Lili Collins écrit que faire des expériences culinaires « me fait du bien. Ça me donne du temps pour moi, pour être dans ma bulle et être créative. » Tous ses plats ne sont pas assez jolis pour être sur Instagram, mais ça n’a pas d’importance. « Je vois maintenant la nourriture comme une énergie pour mon esprit et mon corps plus que quelque chose qui me fait peur. »

Dans une des plus touchantes histoires d’Unfiltered, Lili Collins cuisine un dîner équilibré de A à Z pour sa mère – saumon fumé et légumes, et en dessert, sa désormais spécialité : cookies quinoa-copeaux de chocolat. « C’est adorable de voir les gens apprécier quelque chose que tu as fait, surtout quand c’était une de tes insécurités, explique-t-elle. » Ici, à table, elle a le sourire facile. « Prendre ça, l’exploiter et en faire quelque chose de valorisant, c’est une belle façon de changer les choses. »

Agrandissez les images pour lire les commentaires :

Publicités

Le BAFTA célèbre Downton Abbey – 2ème partie


Traduction pour Downton Abbey – France.


Bonne nouvelle, j’ai finalement trouvé un moyen plus pratique pour sous-titrer les vidéos, donc maintenant, je le fais aussi (par contre ça prend plus de temps que la retranscription uniquement) !

Vidéo d’origine : BAFTA Celebrates Downton Abbey Part 2.

 

Laura Prepon raconte ce que s’est de bécoter Wilmer Valderrama


Traduction pour Laura Prepon City.


Wilmer Valderama était ton collègue dans That’s 70’s show, et maintenant il est ton prétendant dans Orange is The New Black ?

Mon personnage a beaucoup d’histoires d’un soir et différentes expériences avec les hommes. Et Wilmer joue l’un de ces gars dans un épisode, c’est vraiment marrant.

J’ai entendu dire que tu as eu du mal à l’embrasser parce que tu le connais depuis 70’s show.

Il est comme mon frère !

Comment on dépasse ça ? C’est le truc le plus bizarre au monde.

Honnêtement, c’est très marrant. J’ai du l’embrasser une fois dans 70’s, mais c’était vraiment bref.

C’était juste un piou. Pas de langue.

Non, non. Mais quand tu fais des scènes de baiser, il ne faut pas réfléchir à « Est-ce que c’est agréable, ou non ? » parce que tu as la lumière là, et la caméra ici, il ne faut pas faire d’ombre sur son visage. C’est tellement technique que tu n’y penses même pas.

Est-ce que tu as envie de dire à l’autre, « ça n’est pas comme ça que j’embrasse normalement, je suis meilleure que ça. Mais je dois tourner ma bouche d’une façon très bizarre. » ? Surtout avec quelqu’un que tu connais.

Complètement, totalement !

Est-ce qu’on pourrait recommencer après pour que je te montre réellement mes compétences ?

C’est vrai ! Et puis il y a aussi la langue que tu essayes de ne pas faire sortir par accident donc tu la laisses…

Et il croit que tu le fais exprès ?

Oui. C’est horrible. Je n’embrasse pas comme ça en temps normal. Et tu as vraiment envie de lui dire de recommencer après sans les caméras pour lui prouver. Mais à ce moment là, vous êtes tous les deux nuls, parce que vous êtes dans la même situation. C’était même pire pour lui parce que les producteurs lui disaient de ne pas me faire d’ombre, du tout. Tu vois ?

Oui, on s’en fout du mec, faites en sorte que la fille ait toute la lumière.

Alors il me regardait tout le temps, c’est génial, je l’adore pour ça. C’était vraiment pire pour lui.


Traduction pour Laura Prepon City.


 

Interview de Jessica Alba : ses astuces beauté et confiance en soi


Première commande pour Jessica Alba Source. (Merci à Estelle de m’avoir confiée cette traduction !)


 

On a pris des nouvelles de l’une de nos plus belles icônes de beauté, on a parlé de son style, son corps, ses astuces fitness, et comment se sentir à son avantage des pieds à la tête.

Peu de stars Hollywoodiennes arrivent à avoir à la fois l’étiquette d’icône de beauté et de magnat des affaires. Mais, quand Jessica Alba a fait la couverture de Forbes Magazine en juin dans son numéro intitulé « Les femmes autodidactes les plus riches d’Amérique », c’est exactement ce qu’elle a fait.

Businesswoman avertie, et actrice à succès, il y a peu de choses que cette mère de 2 enfants de 34 ans, fondatrice de The Honest Company, n’ait pas encore accompli dans sa carrière. Dans sa dernière campagne en tant qu’ambassadrice de Braun, elle a créé un partenariat avec la marque pour inspirer toutes les femmes de la planète à jeter leurs complexes et reprendre le contrôle sur leurs régimes minceur pour se sentir bien toute l’année et que ça se voit.

On a demandé à l’actrice-entrepreneuse quels sont ses secrets pour avoir confiance en son corps, ses indispensables en matière de beauté, ses exercices préférés, et encore plus.

Quel est le meilleur conseil beauté que tu aies reçu et qui te l’a donné ?

En grandissant, ma mère a essayé beaucoup de looks différents. Elle les a aussi essayés sur moi ! Elle n’était pas attaché à un style en particulier, mais elle y croyait toujours. J’essaye d’avoir la même approche, je m’amuse avec la beauté et j’essaye de nouvelles choses. Si je me sens bien dedans, je le garde !

Est-ce que tu peux nous parler de la campagne « Break Free » (libérez vous) ? Qu’est-ce qui l’a inspiré ?

La campagne « Braun Break Free » a pour but d’inspirer toutes les femmes de la planète à reprendre le contrôle sur leurs régimes minceur pour se sentir bien chaque jour, et avoir confiance en la quantité de choix qui s’offrent à elles. C’est pour le pouvoir, savoir que le choix lui appartient, et être la meilleure version de soi-même tous les jours. Pour moi, avoir des choix illimités, c’est avoir le contrôle, ne rien laisser me freiner et porter ce qui me fait me sentir bien ! Je suis une fière supportrice de la campagne.

Qu’est-ce que tu sais de la santé, la beauté et le fitness que tu aurais aimé savoir quand tu été adolescente ?

J’ai compris que gérer mon stress est une part important de mon état général de santé, beauté et fitness. Quand je prends du temps pour ma famille et mes amis, que j’essaye d’équilibrer ma vie professionnelle et personnelle, ça me donne le carburant nécessaire pour tout le reste.

Qu’est-ce qu’il y a dans ta trousse de maquillage ?

Je ne suis pas tellement accro aux retouches maquillage en fait. Ce que j’ai toujours avec moi c’est un baume pour les lèvres et une crème pour les mains, pour pouvoir m’en mettre n’importe quand.

Est-ce que tu peux nous donner un aperçu de ton entrainement ? Quel est le secret des ces abdos magnifiques ?

J’aime mixer les cours de danse, et de yoga sculptant. Écouter de la pop et du hip hop très fort en me défoulant avec une amie me permet de garder un haut niveau d’énergie. Peu importe ce que je fais, je travaille toujours mes muscles abdominaux. Ça n’est pas juste pour les abdos, c’est aussi pour l’équilibre et la posture.

Quels sont tes indispensables pour le soin des cheveux ?

J’aime avoir les cheveux raides mais avec un peu de texture, donc j’utilise un spray au sel de mer, pour les rendre juste un peu plus tendance et frais. J’aime aussi les brushing qui donnent du volume, je trouve ça génial parce que c’est un style versatile, ça peut aussi bien être glamour, sans faire trop compliqué et « juste fait ». C’est un peu plus moderne. J’ai toujours une bonne brosse à cheveux avec moi. J’adore la brosse Braun Satin Hair 7 Brush qui sert à défriser et créer de la brillance. C’est pratique pour se refaire une beauté rapidement en voyage.

Comment prends-tu soin de ta peau ? Est-ce que tu prends des vitamines ?

Prendre soin de ma peau est presque un rituel, je le fais tous les jours. Je nettoie, hydrate mon visage et fait un gommage tous les matins et tous les soirs. Je suis très assidue là dessus, et j’essaye de boire beaucoup d’eau. Ma dernière acquisition : la brosse Braun Face beauty, que j’adore. Je peux changer les accessoires en fonction du soin dont j’ai besoin, et comme il tient dans mon sac à main, je peux faire des finitions peu importe où je vais.

On aime comme tu as l’air à l’aise avec ta peau. Quels sont tes meilleurs conseils pour avoir confiance en ton corps ?

Je pense que quand tu te sens bien à l’intérieur, ça se voit à l’extérieur. J’essaye de prendre du temps pour me relaxer. Quand j’en ai l’opportunité, j’aime prendre un bon bain bien chaud avec des bougies aromatiques, prendre le temps de me vider la tête et apprécier le silence – ça m’aide à me sentir fraîche.

Je pense aussi qu’une peau lisse est la base de n’importe quelle tenue, donc je m’assure d’être toujours au top dans ma « routine beauté » pour ne jamais avoir de limite à mes choix vestimentaires. L’épilateur Braun Silk-Epil 9 est génial pour des résultats qui durent.

J’adore m’exprimer à travers mon style également – mes vêtements reflètent souvent mon état d’esprit. Un haut ajusté et flatteur, et des belles chaussures c’est ma combinaison à porter avec n’importe quoi pour me sentir en confiance.

Qu’est-ce que tu penses de fait de vieillir ?

Je suis plus à l’aise dans ma peau, je sais mieux ce qui fonctionne pour moi, et ce qui ne fonctionne pas. Avoir du recul et grandi rend les choses qui me dérangeait moins importantes. Évidemment, un peu d’anti-cernes ne fait pas de mal non plus.

À quel moment te sens-tu plus belle ?

La beauté est tellement unique. Je me sens belle quand je suis à l’aise et que j’ai confiance en moi. C’est le conseil beauté que je donnerais à toutes les femmes : se sentir bien dans sa peau.


Source : Get The Gloss.