Le boss de Teen Wolf s’explique sur cette fin étrange

Comme beaucoup de finals avant lui, le dernier épisode de Teen Wolf nous laisse avec plus de questions que de réponses.

Mais alors que le show runner Jeff Davis a volontairement fait une fin ouverte, TV Line avait envie de clôture. Ils ont réussi à le joindre pour qu’il réponde à leurs interrogations sur le final de la série d’MTV.

Tout d’abord : je n’en reviens pas que tu laisses Monroe vivre !

J’aimais l’idée qu’une menace persiste. J’aime bien dans l’aperçu de l’avenir quand on voit qu’elle a pris du galon à l’internationale. C’était un moyen d’élargir le spectre de l’histoire.

Je dois avouer que je m’attendais à ce que Coach dise « Je le savais depuis le début ». Est-ce que tu as été tenté de faire ça ?

Non, pas du tout. Je pense que Coach accepte certaines étrangetés du monde et les gère une par une. Il n’aime pas être trop impliqué. Il ne veut pas toujours savoir. Enfin on se demande toujours si Greenberg n’est que le fruit de son imagination.

Il y avait tellement de relations à honorer, notamment Stiles et Lydia. C’était difficile d’écrire ces scènes ? C’était très attendu.

Effectivement il y a des choses que les fans attendaient vraiment. Donc c’était très difficile, oui.

J’ai adoré toutes les scènes Stiles-Derek.

Celles-ci étaient marrantes à écrire. C’était marrant de revenir sur leur alchimie et leur relation d’amour vache.

Maintenant que ça fait un moment, qu’est-ce que tu penses du phénomène « Sterek » ?

Quand j’entends « Sterek » je pense aux fans les plus passionnés de Teen Wolf, et surement les plus énervés – contre moi d’ailleurs. Tout ce que je peux dire c’est que j’ai fait l’histoire que je voulais et je suis content que Sterek existe dans l’univers pour que les gens puissent se lâcher et écrire leurs propres histoires.

J’ai bien aimé revoir tous les ennemies de Scott pour son combat contre Anuk-Ite. Est-ce qu’ils sont juste resté dans les parages ?

En écrivant l’épisode je me disais « On a toujours les costumes d’Oni, hein ? Et les Berseker ? » Le vrai méchant de la 6B est la peur humaine, et l’Anuk-Ite était juste là pour le rappeler. C’était un moyen de faire remonter toutes les peurs de Scott et ses ennemis passés. Ce qu’il dit à Anuk-Ite c’est « J’ai fait face à toutes ces peurs. Tu ne peux pas me battre. » Plus rien ne lui fait peur, à part perdre ses amis. C’était un moyen de saluer tous les méchants qu’on a créés. Je suis content de l’aspect comic book que l’on a.

On dirait qu’Anuk-Ite a touché un point sensible en mentionnant Allison. Si elle avait survécu, est-ce que tu penses qu’elle et Scott auraient réussi à se retrouver ?

Je ne sais pas, c’est une bonne question. Je peux affirmer qu’elle est son premier amour. À une époque la seule chose à laquelle je pensais c’était Scott et Allison ensemble. À une époque je n’imaginais pas que la série aurait plus de 50 épisodes. [Rires] Mais si l’histoire entre Allison et Scott n’avait pas pris fin, on n’aurait pas eu cette belle et sympathique histoire avec Kira, que j’ai adoré. J’aime aussi beaucoup la façon dont la romance s’est développée entre Malia et Scott, ainsi que le message que ça fait passer au public, que l’on peut aimer plus d’une fois dans sa vie. Ton premier amour n’est pas forcément le seul.

En parlant d’amour, comment le baiser de Malia a soigné l’œil de Scott, exactement ?

Scott dit « J’essaye, je ne peux pas me concentrer. » Lydia sait que Scott doit calmer son rythme cardiaque, laisser l’adrénaline et se concentrer sur sa guérison. Elle a su calmer quelqu’un en l’embrassant, elle se souvient de son premier baiser avec Stiles qui a stoppé sa crise de panique. C’est tout ce qu’elle fait, l’aider à se concentrer.

Donc ce n’était pas un baiser à la Blanche Neige ?

[Rires] Non ce n’était pas un baiser magique. Malia l’aidait juste à se concentrer.

On a jamais su ce que Stiles pensait de Scott et Malia ensemble.

Dans notre monde, je pense qu’on est content quand nos amis et notre famille trouvent l’amour. On s’en fout du code des frères. Stiles était avec Lydia, Malia et Scott étaient célibataires. Tu ne voudrais pas que ton meilleur ami finisse avec quelqu’un que tu aimes ?

Si tu le dis.

Honnêtement, c’est parce que je suis gay. Notre communauté est si petite, tu ne peux pas empêcher tes exs de sortir avec tes amis. Avec qui d’autre pourraient-ils bien sortir ?

Il n’y a pas eu de « Où sont-ils maintenant ? » à la fin.

Et je déteste ça.

Alors aide-moi à combler les blancs. Est-ce qu’ils ont fini par aller à l’université ?

Oh oui j’imagine. Mais je suis sûr qu’un ou deux d’entre eux ont du mettre ça de côté. J’imagine bien Scott prendre des cours du soir ou en ligne tout en essayant de sauver le monde… Ou alors ils évitent l’université parce que c’est surfait.

Une autre question importante : le père de Stiles et la mère de Lydia – toujours ensemble ?

[Rires] Je ne sais pas, peut-être qu’on y répondra un jour.

Et Kira est-elle toujours avec les Skinwalkers ?

Non, j’imagine que Kira est impliquée elle-même dans une aventure surnaturelle et qu’elle a parfait ses compétences.

D’autres personnes que tu aurais aimé avoir pour le final ? Danny ?

Il y a tellement de personnage qu’on aurait voulu faire revenir. On avait toute une liste. Danny était dessus, Breaden aussi. On a pas pu se caler avec Seth Gilliam pour le final ; j’avais toute une intrigue pour lui. Le final aurait duré une heure et demi. Mais on avait pas assez de budget et de temps. Je voulais qu’Isaac revienne.  Je voulais qu’il fasse une apparition de 2 secondes à la fin pour dire « J’ai loupé quelque chose ? ».

Publicités

Confess – Promo et synopsis de la série en VOSTFR

À 26 ans, Auburn Reed (Katie Leclerc) a déjà perdu tout ce qui était important pour elle. Dans son combat pour reconstruire sa vie brisée, ses objectifs sont à portée de main et il n’y a pas de place pour les erreurs. Mais quand elle va dans un studio d’artiste à Los Angeles pour trouver du travail, elle ne s’attendait pas à être aussi attirée par l’artiste qui travaille là, Owen Gentry (Ryan Cooper). Pour une fois, Auburn saisie sa chance et contrôle son cœur, mais découvre qu’Owen garde un immense secret. L’ampleur du passé d’Owen menace de détruire tout ce qui est important pour Auburn, et le seul moyen pour elle de remettre sa vie en ordre est d’en soustraire Owen. Pour sauver leur relation, tout ce qu’Owen doit faire c’est se confesser. Mais dans ce cas, la confession pourrait être encore plus désastreuse que le péché lui-même.

La série produite par Awestruck est inspirée du livre Confess de Coleen Hoover.

Les sous-titres des 7 épisodes sont ici : Addic7ed.

Kristen Stewart parle de « Blanche-Neige et le Chasseur »


Traduction à la demande de kriiisten-jaymes-stewart.


Vous venez juste de voir un extrait de Blanche-Neige et le Chasseur avec Kristen Stewart. Et Kristen est justement ici. On voit un extrait et elle est ici. N’est-ce pas opportun ?

Comment avez-vous fait ça ?

C’est la magie de la technologie.

Ça marche bien.

Tu joues Blanche-Neige. Et cette Blanche-Neige elle botte des fesses et tient les comptes.

C’est vrai.

Ça n’est pas la Blanche-Neige que l’on a connu étant petits.

Pas vraiment.

Était-ce ton idée ? Est-ce que tu as dit « Non, je ne ferai pas la princesse. »

Non. C’était une très bonne idée, j’avais très envie de le faire, je trouvais qu’il y avait beaucoup de potentiel. C’est génial de faire un film d’action, de botter des fesses, tout en ayant une femme au cœur de tout ça. Mais elle n’est pas extraordinaire dans sa façon de se battre, vous comprenez ? C’est une Blanche-Neige très féminine, très classique, c’est juste qu’on l’a mise dans un monde bien plus dangereux pour voir si elle pouvait y survivre. Je pense que c’est bien plus intéressant à regarder de nos jours. Je ne pense pas que qui que ce soit aurait été du côté de la personne qui fait le mur pour aller s’occuper de nains. On veut la voir devenir cette personne parfaite, on ne veut pas que ce soit trop facile.

Je ne peux pas imaginer ta Blanche-Neige chanter « Un jour, mon prince viendra… » depuis le balcon de son château.

Non, pas ma Blanchette.

Qui est venu t’en parler ?

J’étais en train de tourner Breaking Dawn à ce moment là, je n’avais pas l’intention de faire quoique ce soit d’autre, j’étais bien trop prise par Breaking Dawn et la fin de la saga.

Ça faisait un moment. La première fois que je t’ai rencontrée c’était en 2008, tu venais juste de commencer. C’était le début de Twilight, tu venais au monde, et regarde, 100 ans plus tard tu es toujours en train de terminer Breaking Dawn et la saga Twilight. Mais qui a osé t’interrompre pour te demander d’être Blanche-Neige ?

Satané Universal et ce Joe Roth. Il y avait ce script si important, je devais le lire, c’était une opportunité, j’ai demandé comment ça s’appelait, ils m’ont dit Blanche Neige. « Vraiment ? Qu’est-ce qu’on peut tirer de ça ? » Je ne regardais pas ça quand j’étais petite, ça n’est pas vraiment une chose en laquelle je me reconnaissais. Rupert Sanders est venu me voir à Vancouver pour me montrer une version courte de 5 minutes de ce que serait le film, de ce qu’il raconterait. Il a montré la noirceur et la beauté du monde dans lequel Blanche-Neige vit.

Comment il a fait une version de 5 minutes avant même que tu sois recrutée ?!

Je sais, c’était incroyable, c’est comme ça que j’ai eu le rôle. C’était très ambitieux parce qu’il n’était sûr de rien. Il a fait ce truc, il y a consacré tellement de temps mais il n’était pas sûr d’avoir le travail. C’est pour ça que tout le monde a sauté sur le projet. Il a réussi à choisir toutes ces images qui étaient étrangement évocatrices, elles font passer beaucoup d’émotions et font réfléchir. Beaucoup de personnes visuelles s’arrêtent là, ils ne savent pas pourquoi… Ils ne peuvent pas te dire ce qu’ils ressentent, ils ne veulent pas savoir ce que tu ressens, ils veulent juste créer ces images. Il est tellement conscient. J’imagine qu’il est vraiment amoureux de l’histoire, c’était très important pour lui de vraiment la comprendre.

Habituellement le besoin d’effets visuels vient pour les publicités.

Oui, en général elles ne racontent pas vraiment l’histoire, on y met ce qu’on veut.

Donc si on veut que tu participes à notre premier film, il faut aller vers toi dans la rue comme ça ? Venir vers toi et te dire…

Oui, j’ai une version courte.

J’ai une version courte de mon film, donc tu peux voir ce à quoi ça ressemblerait visuellement. J’ai entendu parler de plusieurs blessures. Tu portes un pantalon et une veste, donc est-ce que tu caches d’immense cicatrices ?

Non. Je me suis blessée assez souvent. On s’est vraiment donné à fond là dedans. Quand on nous voit avoir froid, tremblant, effrayé ou mal à l’aise, nous le sommes vraiment. Ce n’est pas…

Vous ne le jouez pas du tout. Donc quand on vous félicite pour ça, en fait c’était juste que tu avais froid.

Félicite le directeur. Mets les gens dans le bon environnement et ça fera le reste du moment que tu as de l’imagination. J’ai senti tous les muscles de mon corps. Je me suis détruit le pouce.

Il a l’air de bien se porter.

Il est très différent de l’autre.

Vraiment ? Tu as deux pouces vraiment différents ?

Il est vraiment grossi à la base, tu vois.

Regardez-ça. Tu as été complètement cassée. « Poucesse » (pouce+princesse) ne sera pas ton prochain film. Ça ne sera pas possible. Quand ils t’ont dit que tu aurais à faire du cheval, est-ce que tu fais partie de ces acteurs qui disent « Évidemment, je peux le faire. »

Je l’ai fait au début j’ai dit « Oui, absolument, je ferais n’importe quoi. »

kristen stewart ABC news

N’importe quoi pour un rôle.

Mais juste au dernier moment, quand on m’a dit de signer sur la ligne en pointillés… C’est beaucoup de responsabilités. Tu ne devrais jamais accepter un rôle à moins d’être sûr de… Tu vas décevoir beaucoup de monde si tu n’es pas à la hauteur de la tâche, toi y compris. Le problème des chevaux c’est que je n’ai jamais pu m’en remettre. Il ne s’agissait pas de surpasser ses peurs, j’étais terrifiée jusqu’au plus profond de moi-même. C’est tellement pas mon truc cette dynamique entre le cheval et le cavalier. Je ne vais pas dire à cette grande bête ce qu’elle doit faire, je préfère être à côté et la regarder courir au loin. Je suis montée sur le cheval et il a pensé « Oh, tu es bête, tu n’as qu’à pas écouter un seul mot de ce que cette fille raconte. »

Tu l’as su.

Oui, instantanément.

Alors à quel moment le cheval et toi avez fini par accepter, même s’il pensait que tu étais une idiote, que tu allais y arriver ? Est-ce que c’est arrivé ?

Je pense qu’au bout d’un moment il a fini par arrêter d’essayer… C’est comme s’il c’était fait à l’idée que je serais sur lui plus longtemps qu’à son goût. Il a arrêté d’essayer de me jeter. Peut-être que ce dernier moment, cette dernière scène quand je lui ai dit « Merci Rosty, plus jamais. » Après il était cool avec moi. Je ne monterai plus jamais sur lui.

Ça n’arrivera plus jamais, je ne recommencerais pas. Je pensais que tu aurais essayé de diriger le cheval comme les directeurs t’ont dirigée. Tu aurais pu faire un jour comme…

Hé ! [avec un air méchant]

Oui comme ça, ou Sean Penn, gérer ce que le cheval faisait comme s’il était un personnage. Ç’aurait été hilarant de faire ça. Tu as loupé cette opportunité.

C’est vrai, je ne sais pas ce qui cloche chez moi.

Tu le feras la prochaine fois.

Blanchette a réussi beaucoup de choses, je ne pouvais pas être son bras droit.

Ta Blanche-Neige a été enfermée dans une tour pendant une éternité, elle n’a pas vraiment eu une enfance heureuse.

Non, pas vraiment.

Est-ce que tu as l’impression de connaître ça vu que tu as grandi dans le business ?

Oui, il y a quelque chose que l’on ne peut pas envier, quand on voit des gens qui veulent faire partie… J’adore l’idée de faire partie d’un ensemble, c’est pour ça que j’aime ce film. C’est bizarre pour moi d’être mise dans un wagon séparé de ceux qui partagent quelque chose que j’aime aussi. Si on aime ça c’est parce qu’on est similaires. Elle fait tout, elle est faite de, elle respire pour les autres. C’est ça le truc chez elle, elle n’est pas idéalement altruiste, parce qu’il serait difficile de s’identifier à ça. Mais c’est la chose dont elle se rapproche le plus, et pourtant elle ne peut pas en faire partie. Elle ne connaîtra jamais ce qu’ils ont vécu, elle a été enfermée à cause de ça. Elle sera toujours loyale, jeune et naïve, à cause de ces années en prison. Ce sentiment est vraiment intéressant à jouer. Je ne sais pas, c’est un peu triste et bizarre, mais ça la définit et elle est cool.

J’imagine que tu vas au MTV Movie Award ?

Oui j’y vais.

Meilleur film, meilleur baiser… Est-ce que tu as un intérêt pour ça, est-ce que tu veux cette récompense ?

Ce serait un peu…

C’est intéressant que la scène du meilleur baiser pour Breaking Dawn soit celle du mariage. Il y a cette chanson magnifique.

J’aime cette chanson.

Flightless Bird, American Mouth. C’est la chanson la plus bizarre à jouer à un mariage. Elle passe aussi pendant le bal de promo.

Elle est trop cool.

Quand je t’ai rencontrée pour la première fois avec Robert Pattinson, ça venait de commencer, ça n’était pas encore arrivé. C’était sur le point de sortir. Mais maintenant vous avez une identité. Tu es K. Stew, il est R. Patt, qui sont ces créatures ? Comment tu les vois ? Sont-elles si différentes de qui vous êtes dans la vie que tu ne peux les reconnaître ?

Je ne sais même pas de qui tu parles.

Ce sont d’autres gens.

Non. C’est ça aussi le truc, je trouve ça bizarre les gens qui ont soudainement deux personnalités distinctes en public et en privé. Je trouve ça mal, bizarre, je ne suis fan d’aucune personne qui tend à faire ça. Toutes les personnes que je suis et admire font manifestement les choses qu’elles aiment, ça vaut le coup pour eux, donc ça vaut le coup pour les autres, c’est sincère. À partir du moment où tu te trouves intéressant, remarquable, que tu te forges une personnalité, c’est hyper bizarre et embarrassant pour moi.

Tout ce que tu fais est parfait, c’est comme vivre une émission de télé-réalité, non ?

J’imagine.

Mais tu ne le fais pas, donc c’est bien. Alors Kristen, je termine toujours cette émission (je l’ai déjà fait deux fois avec toi et tu as toujours dit non) en demandant à mon invité de chanter une chanson qui lui tient à cœur.

« Hé Ho, Hé Ho » [la chanson des nains dans… Blanche-Neige !] Tu sais ce que c’est ?

« On rentre du boulot… »

C’est un duo maintenant !

C’est un duo, on l’a fait. Tu ne vas pas faire quelque chose de plus… Tu ne feras pas de Joan Jett ?

Je ne grognerai pas là dessus.

Que dois-je faire ? Je dois te lancer ces pop corn ?

Je me le verserais sur la tête si je me mettais à chanter sérieusement.

Ce serait le bon moment de faire ça. Mais si tu veux partir avec « Hé Ho, Hé Ho », ça marche. J’espère que tu feras du bon travail.

J’espère aussi, sérieusement.

Merci.

Merci beaucoup de m’avoir reçue.

Regarde ça ne semble pas… Touche.

Ça n’a pas du tout l’air comestible. Oh !


Traduction à la demande de kriiisten-jaymes-stewart.


Questions-réponses avec Shailene Woodley et Theo James – Buzzfeed – 14 mars 2015


Traduction pour Wendy.


Les meilleurs moments en VOSTFR :

Quel a été votre moment préféré en coulisses pendant ce film, jusque là, s’il y en a un ?
– Réussir à garder la face pendant… -Theo
– Tout le film. -Shai
– Tout le film. Non, à la fin, quand on est tous ensemble. C’était assez difficile. -Theo
– Sur le toit ? -Shai
– Oui sur le toit. Physiquement, on arrivait pas à le faire sans rire. Si vous regardez bien, je pense qu’on peut le voir. -Theo
– Vous pouvez voir sur nos visages qu’on sert les lèvres pour ne pas rire. -Shai

Est-ce qu’il y a quelqu’un qui fait plus rire les autres entre les prises ?
– Je ne sais pas s’il essaye intentionnellement de me faire rire, mais bizarrement à chaque fois que je commence une séquence d’action, on se regarde de façon complètement débile et on perd nos moyens. -Shai

Si vous pouviez choisir un membre de l’équipe pour aller au delà du mur, qui choisiriez-vous et pourquoi ?
– Moi je te choisirais toi parce que je pense que, si on parle en cas de survie, je pense que tu serais le plus adapté dans ce genre de situation. -Shai
– Oui, s’il s’agit de survivre, je prendrais aussi Shai parce que les autres mourraient vite s’ils étaient lâchés dans la nature. -Theo

Theo, est-ce que tu t’es blessé, étant donné tes nombreuses scènes de combat ?
– Je me suis cogné la tête… -Theo
– Ha bon ? -Shai
– Dans cet espèce de pot artisanal. J’étais censé attraper quelque chose, mais au dernier moment je l’ai loupé et je suis allé tête la première dans le mur. -Theo
– C’est horrible. -Shai
– Mais ça va, c’était rien, je me suis senti plus fort. J’ai allumé une clope et hop. -Theo
– Deux contusions, tout va bien. -Shai
– Possible dommages cérébraux, mais on s’en fout ! -Theo

Shailene, qu’est-ce que ça fait de jouer un personnage féminin si fort qui inspire tant de jeunes femmes, comme moi ?
– Ce que j’aime chez Tris, c’est que oui elle est forte et émancipée, courageuse. Mais en même temps elle a toujours des faiblesses, des luttes à mener, notamment contre sa vulnérabilité, admettre quand elle a tort. C’est important de savoir qu’on a tous des émotions contradictoires en nous, on n’est jamais une seule chose. Pour moi, c’est ce qui est le plus inspirant et émancipant, parce qu’elle est un bon exemple d’être forte, tout en acceptant le fait qu’elle est humaine, qu’on est tous humains, et qu’on traverse tous des crises de confiance dans nos relations et en nous. -Shai

Quels sont vos souvenirs les plus agréables d’avoir tourné ces films ?
– On a tourné à Atlanta, il faisait très chaud, mais c’était sympa quand on était en repos le week-end. On allait au lac, on traînait, il y a beaucoup de choses à faire dehors dans cette région du sud. C’est mon moment préféré, sur le tournage c’est différent, mais en repos, c’est ça. -Shai
– Je suis d’accord. -Theo

Est-ce que vous avez pris quelque chose sur les plateaux de tournage ?
– Non. -Theo

Tu en as l’intention ?
– Non, je n’ai pas tendance à faire ça. Je ne sais pas pourquoi. Je ne suis pas du genre à garder des souvenirs, pour rien. -Theo
– J’ai volé une paire de bottes du dernier film. -Shai
– Ha oui ? -Theo
– Oui, elles m’allaient tout juste, elles étaient chaudes, c’était l’hiver, j’avais besoin d’une paire de bottes. -Shai
– Oh, en fait j’ai probablement volé des sous-vêtements. -Theo
– Ah oui, j’ai dû en prendre aussi. -Shai

Shailene, tu voyages beaucoup. Quelle est ta destination préférée jusque là ?
– Je ne crois pas qu’il y en ait une. J’adore l’Europe, et Londres en particulier. -Shai
– Yes ! -Theo
– J’adore Londres, vraiment, cette ville est trop… C’est une bonne ville. Je ne sais pas, chaque endroit offre quelque chose de différent, donc je ne sais pas si je peux désigner un endroit. -Shai

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné et qui vous soit resté ?
– Garde la tête haute. -Shai
– Celui-ci est de ma mère : promets moins et fais plus. -Theo
– C’est vrai que tu dis ça. -Shai
– Je sais, bien joué maman, elle doit regarder. Je ne pense pas qu’elle regarde, mais elle pourrait. -Theo
– Au cas où. -Shai

Qu’est-ce qui vous a permis de toujours garder les pieds sur terre en traversant tout ça ?
– C’est dur de répondre à cette question parce que pour moi, avoir les pieds sur terre dépend des expériences de chacun. Je pense que pour moi, et nous si je peux t’inclure, nos vies n’ont pas tellement changé à cause de ces films. Donc ce qu’avoir les pieds sur terre signifie pour nous est synonyme de notre mode de vie, celui qu’on vivait avant le début de la saga, et celui qu’on vit maintenant. Manifestement quelques petites choses ont changées, parce qu’on a changé en tant qu’être humain au cours des dernières années. Mais pour la majeure partie… -Shai
– Les constantes sont toujours là. -Theo
– Voilà exactement, les mêmes constantes. -Shai

Theo, une fois que la franchise sera terminée, qu’est-ce qui te manquera le plus dans le fait de travailler avec Shailene ?
– Ouh, tellement de choses. -Theo
– Tout. -Shai
– Chaque détail. Avoir une complice. C’est cool d’avoir quelqu’un qui assure tes arrières. -Theo

Maintenant je vais prendre des questions qui arrivent en live…
– Est-ce qu’on va entendre leurs voix maintenant ? -Theo

Malheureusement non puisqu’ils tapent au clavier. Qu’est-ce qui a été le plus épuisant physiquement et moralement à faire pour le film ?
– Je réponds toujours ça, et je vais continuer à le faire, courir était le plus épuisant pour moi. Attends, en fait non, il y a une scène dont on a parlé. Tris et Quatre commencent à se prendre la tête, ils sont en désaccord, et vont finir par partir chacun de leur côté. C’était une scène dont il a été difficile de comprendre la structure. On avait beaucoup de choses à dire dans cette scène, mais il fallait aussi qu’elle paraisse réaliste et honnête envers nos personnages. C’était difficile. -Shai
– Je suis d’accord, à 100 %. -Theo

Si vous pouviez être une créature mythique, ce serait quoi ?
– Un tigre à dents de sabre.

Est-ce qu’ils sont mythiques ?
– C’est ce que j’allais dire.
– Non, t’as raison, ils ne le sont pas. Ils ont existé.
– Si tu retournais à l’âge de glace tu pourrais en être un. Moi je serais une sirène. J’aimerais nager vers les profondeurs de la mer. -Shai
– D’accord, je serais une licorne. -Theo
– Vraiment ? -Shai
– Non, mais c’est la première chose qui me passe par la tête.
– Moi je voudrais vraiment être une sirène. Tu peux respirer sous l’eau. -Shai
– Peut-être que je serais un cyclope.
– Je penses que tu aimerais… Oh oui, c’est sous la mer aussi.
– Non, c’est le grand monstre.
– Et qu’est-ce que tu dirais… Je me dis que tu pourrais aimer être une sirène parce que tu aimes l’océan.
– Ouais ce serait cool.
– Mais tu veux être un cyclope, c’est pas grave.

On pourrait imaginer une histoire d’amour avec un cyclope.
– Ouais… -Theo
– Tellement romantique.

Qu’est-ce que vous préférez dans vos personnages ?
– J’aime bien que Tris soit ouverte à un style plus sérieux. -Shai
– J’aime les t-shirt moulants de Quatre. -Theo
– Tout le monde aime les t-shirts moulants de Quatre. -Shai

Merci pour vos réponses !
– Au revoir [en français !] -Shai

Source :

theo et shailene Q and A

10 idées de cadeaux de St Valentin avec Arden Cho – VOSTFR


Sous-titres pour Arden Cho News.


Source : nigahiga.

Attention les yeux, c’est riche en jeux de mots ! Il joue sur la prononciation des mots qui s’entendent pareil, mais ne s’écrivent pas pareil et ne signifient donc pas la même chose. Par exemple en français on a : sans, sang, cent, sent. Et bien en anglais « flour » qui veut dire farine, se prononce comme « flower » la fleur…

Ils n’étaient pas traduisible tel quels, donc j’ai essayé de les « expliquer » dans les sous-titres… Si vous ne comprenez toujours pas, demandez-moi.


Sous-titres pour Arden Cho News.